Avec une surface de 25m², mon atelier est équipé du strict nécessaire à la forge de couteaux, pas plus, pas moins.

La forge que j’utilise rassemble tous les éléments pratiques que j’ai pu observer et tester depuis deux ans. Elle est conçue pour brûler du charbon de bois, dans un foyer restreint pour la forge de couteaux, mais peut également chauffer sans problème de plus gros diamètres, pour la forge de marteaux ou de masses. Le souffleur est un brûleur de chaudière de 100W… Pas besoin de plus ! Le foyer a des dimensions bien précises, pour que la chauffe soit efficace et concentrée. Il est recouvert de brasque et restreint par des briques réfractaires selon les besoins. Le fond est constitué d’uneIMG_2726 grille percée par laquelle l’air passe, protégée de la chaleur par des billes de brasque (méthode vietnamienne !). Pour régler l’arrivée d’air, j’utilise une vanne qui divise le flux en deux, envoyant une partie vers la forge et l’autre à l’extérieur ; on peut ainsi souffler de 0 à 100% de la puissance du ventilateur. J’utilise entre autre la sortie vers l’extérieur pour normaliser des grosses pièces. (Note : l’invention de cette vanne revient à Arnaud Clerc et Philippe Turgot). L’interrupteur de la forge est situé près du sol et actionné au pied.

IMG_2725 980489_205346589829299_5204502364943066420_o

Je ne forge que sur des tas. J’ai un tas de charron, qui est plat, sur lequel je forge la majorité du temps, et deux tas convexes, que j’ai forgés avec Vinh Le Cao, que j’utilise plutôt pour les finitions. Le plus gros vient d’un arbre porteur de bulldozer et fait 15 centimètres de diamètre… Je préfère les tas car ils font moins de bruit que les enclumes, et je n’ai pas besoin de bigornes.

IMG_2721 IMG_2731      IMG_2732

Mon bac de trempe est fait dans une grande bouteille de gaz.

Il contient 60 litres d’eau, qui reste donc tout le temps fraîche. Cette grande longueur est nécessaire pour les trempes n!nja.

IMG_2722

Pour le reste du coin forge, deux marteaux, de 2kg5 et 3kg4, une masse, un tranchet, 3 ou 4 pinces, un bac de cendres pour le recuit et quelques burins et mandrins. Je tiens à avoir un minimum de matériel pour laisser une plus grande place à la technique en elle-même.

IMG_2733 IMG_2730

 

Dans le reste de l’atelier, on trouve les outils nécessaires à l’usinage et à l’assemblage des lames. Le backstand a été fabriqué sur place, et la perceuse à colonne est aussi lourde que moi !

IMG_2736IMG_2727 IMG_2729

Je forge face à la rue qui passe devant chez moi, n’ayez pas peur du feu et arrêtez-vous !